Jump menu

Main content |  back to top

Actualités et communiqués de presse

Comment réduire le nombre d’accidents sur les sites pétroliers ?

Entreprise ayant intégré le caractère fondamental des mesures de sécurité dans l’industrie pétrolière nationale, la compagnie Shell Gabon a convié plusieurs opérateurs du secteur à un atelier de partage d’expériences sur cette problématique. Des réflexions qui devraient déboucher sur une approche commune relative à une harmonisation des standards de sécurité de tous les acteurs.
Photo famille à l’issue de l’atelier sur la sécurité

Photo famille à l’issue de l’atelier sur la sécurité

La compagnie pétrolière Shell Gabon a organisé, le 1er juin à Port-Gentil, un important atelier sur le thème : « Les tendances globales en matière de sécurité dans l’industrie pétrolière, et les enseignements pour le secteur pétrolier au Gabon ».

Osa Igiehon, P-DG de Shell Gabon

Osa Igiehon, P-DG de Shell Gabon

Selon Osa Igiehon, PDG de Shell Gabon, l’objectif principal de ce symposium était de réunir l’ensemble des acteurs majeurs du secteur pétrolier (régulateurs, opérateurs et sous-traitants) autour d’une table afin de discuter des défis en matière de sécurité, et de partager les expériences respectives.

En plus d’Alilat Antesleve Oyima, directeur général des Hydrocarbures et de Jaqueline Bignoumba, Présidente l’Union Pétrolière Gabonaise (UPEGA), plusieurs sociétés ont répondu présents à cet échange, notamment Total Gabon, Addax, Sogara, Halliburton. 

Invité special, le Vice-président exécutif de Shell “Upstream Operated”, Bart Van De Leemput, a édifié les autres opérateurs pétroliers sur l’expérience du Groupe Shell en matière de sécurité sur les sites pétroliers. 

En effet, au niveau du Groupe, a-t-il indiqué, le système de gestion HSSE (Hygiène, Sûreté, Sécurité et Environnement) fournit un cadre de gestion aux différents sites applicables à travers le monde. Il garantit une gestion systématique de la sécurité et la mise en place des ressources, compétences, outils, normes et procédures adéquats.

Bart Van De Leemput Vice-président exécutif de Shell “Upstream Operated”

Bart Van De Leemput Vice-président exécutif de Shell “Upstream Operated”

«Notre but est d’arriver au "Zéro accident”. Toutes les entreprises Shell et les entreprises qui travaillent pour nous, ainsi que les joint-ventures dans lesquelles Shell détient une participation majoritaire, sont tenues de gérer la sécurité conformément à notre politique et notre engagement HSE », a souligné Bart Van De Leemput. «Le contexte actuel du marché avec un baril de pétrole bas nous oblige tous à revoir nos coûts mais ceci ne doit pas se faire au détriment des aspects HSE, priorité des priorités », a-t-il poursuivi.

Le major pétrolier a adopté 12 règles de sécurité qui ont permis, aujourd’hui, de faire baisser de manière significative, le taux d’incidents sur ses sites à travers le monde. Des règles dont pourraient s’inspirer les autres compagnies.

Total Gabon, Addax Petroluem, Halliburton, Sogara  ont également fait partager leurs expériences sur cette problématique. Le principal raffineur du pays a indiqué avoir réussi à atteindre le chiffre très envieux de zero accident ces dernières années, grâce à des mesures strictes.

« Nous pouvons atteindre une meilleure sécurité afin que le nombre d’accident sur les sites soit de 0%.Cela est possible, ce n’est pas une lubie. Il faut cependant que les efforts soient convergents, que l’on prenne des personnes qualifiées, que l’entreprise qui vient soit adéquate et que la direction de l’HSE (Hygiène sécurité et environnement) soit efficace. Ainsi nous pourrons vraiment permettre à nos entreprises d’avoir une meilleure securité », a témoigné Lié Orphée Bourdes, Chef de service à la direction Qualité et Contrôles Hygiène Sécurité et Environnement à la Sogara.

Vue de l’assistance durant les présentations

Vue de l’assistance durant les présentations

Référentiel*Pour le directeur général des Hydrocarbures, Alilat Antesleve Oyima, il est urgent aujourd’hui, pour prévenir certains accidents mortels comme celui d’Addax sur le site d’Obangué, de rendre obligatoire pour tous les acteurs du secteur pétrolier un référentiel d’usage. 

« Pour améliorer la sécurité sur les sites pétroliers, il était question que l’Etat gabonais mette en place un référentiel qui posera les bases de la sécurité que les sociétés devront respecter. Chaque société doit posséder ce standard. Ce travail est effectué par l’administration. Notons que ce référentiel  est déjà établi. Les  sociétés pourront apporter leurs amendements et leurs commentaires. Et le document final servira pour tout le monde », a indiqué le directeur des Hydrocarbures.

Pour la présidente de l’Union pétrolière gabonaise, Jacqueline Bignoumba, ces règles standards de sécurité doivent être absolument appliquées et respectées par tous les opérateurs y compris les sous-traitants, car la sécurité n’a pas de prix.

« Il n’y a pas de compromis sur les questions de sécurité. Toutes les sociétés doivent s’y conformer,  y compris les sous-traitans. Il faut savoir  que les problématiques HSE sont au cœur des actions de l’Upega. Nous avons même mis en place une commission HSE qui travaille en permanence sur le sujet », a insisté la présidente de l’UPEGA.

Ce séminaire a permis de dégager des pistes de réflexion en termes d’actions telles que l’harmonisation des règles d’Or de Survie de tous les opérateurs dans la limite des règles spécifiques à leurs standards internationaux, la mise en place d’un certificat d’aptitude national pour travailler sur les sites pétroliers et qui garantirait une formation minimum aux standards HSE exigés, l’uniformisation des conditions d’obtention des permis de travail sur tous les sites pétroliers au Gabon, la multiplication des campagnes de sensibilisation aux règles/exigences HSE auprès des sous-traitants, etc.

Alilat Antesleve Oyima, directeur général des Hydrocarbures (à gauche), Bart Van De Leemput Vice-président exécutif de Shell “Upstream Operated” (au centre), Osa Igiehon Président de Shell Gabon (à droite)

Alilat Antesleve Oyima, Directeur Général des Hydrocarbures (à gauche), Bart van De Leemput Vice-président exécutif de Shell “Upstream Operated” (au centre), Osa Igiehon P-DG de Shell Gabon (à droite)

En guise de conclusion, le PDG de Shell Gabon a remercié tous les participants pour les discussions franches et cordiales et a proposé l’organisation rotatoire de cette réunion au sein de l’industrie pétrolière nationale.

Page Outils